LA  FEDERATION.

La fédération dite « LA CAPONNIERE », a pour but LA SAUVEGARDE DU PATRIMOINE MILITAIRE FORTIFIE. Régie par la loi du ter juillet 1901 et le décret du 16 août 1901, elle est issue de l'association du même nom fondée en août 1985. Elle regroupe des associations régies par la loi de 1901 ayant pour intérêt la promotion des ouvrages fortifiés de la ceinture Belfortaine.

Découvrez
Notre patrimoine.

 

Forts Séré de Rivières construits entre 1874 et 1886

composant la 2e ceinture fortifiée :

  • Fort du Salbert (1874-1877)

  • Fort de Roppe (1875-1877)

  • Fort de Bessoncourt (1883-1886)

  • Fort de Vézelois (1883-1886)

  • Fort du Bois-d’Oye (1883-1886)

  • Fort du Mont Vaudois (1874-1877)

  • Fort des Hautes Perches (1874-1877) - Reconstruction achevée en 1870

  • Fort des Basses Perches (1874-1877) - Reconstruction achevée en 1870

 

Découvrez

L'histoire.

 

Au lendemain de la défaite traumatisante de 1870-71, la place de Belfort, important nœud de communications routières et ferroviaires, est choisie avec Épinal, Toul et Verdun pour constituer la « première ligne » du système de défense mis au point par Séré de Rivières.

La première ligne de défense, dans l’Est de la France à proximité de la frontière, est formée par plusieurs rideaux d’ouvrages. La place fortifiée de Belfort (le camp retranché de Belfort) est située entre le Fort de Giromagny qui fait partie du rideau de la Haute-Moselle et le Fort Lachaux du Môle défensif du Lomont.

Le principe du camp retranché est la concentration de l’artillerie dans les forts permanents construits autour de la ville. La distance par rapport à la ville correspond à la portée des canons et la distance entre les forts permet une défense mutuelle.

Le camp retranché de Belfort comprenait vers la fin du xixe siècle les forts de la première ceinture fortifiée construits entre 1793 et 1870, les forts Séré de Rivières construits entre 1874 et 1886, et de nombreuses batteries.

Après le décret du 21 janvier 1887 pris par le général Boulanger, alors ministre de la guerre, les bâtiments militaires sont rebaptisés du nom d'une gloire, si possible militaire et locale. Ainsi, les forts prennent de nouveaux noms. Localement, ces "nouveaux" noms ne s'imposeront pas vraiment parmi la population.

 

Aujourd’hui, la plupart de ces différents sites de cet ensemble ont perdu leur usage militaire : ils sont pour la plupart à l'abandon et c'est maintenant qu'avec la fédération la caponnière qu'une nouvelle partie de leur histoire va s'écrire par la plume de passionnés qui ont pour souhait de les faire revivre en y favorisant de toutes nouvelles activités qui seront cette fois plus pacifiques .

Nous contribuons  
A vos projets.

 

Entreprise,associations, avez vous déjà pensé à vous installer dans des sites d'exception ?

 

Nos fortS réhabilités peuvent encore vous accueillir et les projets à venir pourront permettre à de nombreux projets de se développer dans l'esprit et le repect de la préservation de ces ouvrages historiques mais aussi de l'environnement naturel.

 

Un projet ? Contactez nous !

"

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now